Visuel_Moniteurv0

Vu dans le Moniteur : SERUE au rendez-vous du bâtiment numérique.

SERUE Ingénierie a eu droit aux honneurs de la presse nationale avec un bel article du MONITEUR dans son n°203 de février 2015.

Le journaliste Paul Falzon a retracé le parcours de la société fondée en 1965, qui fête cette année ses 50 ans et qui a vu se succéder déjà 3 générations de dirigeants.

Au fil du temps, SERUE a façonné le Strasbourg d’aujourd’hui avec des constructions emblématiques : le réseau de tramway, le Parlement européen, la gare TGV,… sans parler de très nombreux bâtiments dans toute la région Est. Autant de belles références à porter au crédit de ce bureau d’études régional.

L’année dernière, une nouvelle équipe de dirigeants a repris le flambeau : Martial DEBOEUF comme Président et Thierry SCHMITT au poste de Directeur Général.

Le nouveau tandem de tête s’inscrit dans la continuité de leurs prédécesseurs, tout en apportant des inflexions pour s’adapter aux nouvelles attentes des Maîtres d’ouvrage et faire face à une concurrence exacerbée.

  • Le capital a été ouvert aux cadres de l’entreprise, ce qui confère à SERUE Ingénierie une totale indépendance dont elle est très fière.
  • Une démarche de Lean Management a été engagée avec l’assentiment de l’ensemble des salariés pour gagner encore en efficacité. Démarche industrielle encore peu usitée dans le monde de l’ingénierie.
  • Développer le BIM (le bâtiment numérique) qui est pour ses jeunes dirigeants l’avenir de l’ingénierie. Dans ce domaine SERUE Ingénierie a sans conteste une longueur d’avance sur ses concurrents.

Malgré une conjoncture morose, mais avec un portefeuille de clients bien équilibré entre Maitres d’ouvrage publics et privés. Martial DEBOEUF le nouveau Président reste serein et confiant dans les atouts de SERUE Ingénierie.

©AIRDIASOL.Rothan_DSC6636_2

Sans complexe la commune de KALTENHOUSE (67) inaugure sa nouvelle salle multiactivité sportives et festives

SERUE Ingénierie a assuré une mission complète de maîtrise d’œuvre sur ce projet, ainsi que les missions exécution en tant que bureau d’études techniques et déployé l’ensemble de ses savoir-faire : structure, électricité, VRD, pilotage… et CSSI.

Pour cette salle polyvalente, on notera la qualité architecturale de l’ensemble du bâtiment que l’on doit au cabinet IXO architecture.

Pour cette construction, l’accent a été mis sur l’emploi intensif du bois : pour la structure, l’habillage extérieur et intérieur, mais aussi les plafonds pour ses qualités acoustiques. Un noyau en béton a été conservé pour les parties sensibles comme la cuisine, les tribunes… et certains locaux techniques.

Un soin tout particulier a été apporté à la qualité de l’éclairage de la grande salle, la ventilation des différentes zones et aux économies d’énergie.

Le site a pour autre particularité de ne rejeter aucune eau pluviale de la parcelle dans le réseau public. En effet, un système mixte a été mis en place : bâche de rétention d’eau à l’arrière du bâtiment et zone d’infiltration sur le parking.

 Au final, la Communauté de Communes de Bischwiller et de ses environs peut se vanter sans complexe d’avoir un équipement digne d’une grande agglomération.

fotolia_64895016

Des roselières en charge de l’épuration des eaux industrielles du papetier SCA, pour son usine de Kunheim (Bas-Rhin).

Sur ce projet, SERUE Ingénierie a assuré une partie des études et la maîtrise d’œuvre.

Ce site industriel appartient au Suédois SCA, un des géants mondiaux du secteur de l’hygiène, plus connu par le grand public avec ses marques LOTUS, MOLTONEL, OKAY…

L’usine de Kunheim est un important site de production et abrite aussi le centre de recherche européen du groupe.

La société, très soucieuse de l’environnement, a engagé ses usines européennes dans un programme de réduction des déchets, de consommation d’énergie et ainsi anticiper les nouvelles directives européennes sur les émissions de déchets industriels qui vont rentrer en vigueur en 2017.

L’entreprise a opté pour une solution originale pour traiter ses eaux usées qui a nécessité 3 ans d’études et un investissement de près de 2 millions d’euros : une lagune artificielle plantée de plus 40.000 pieds de roseau, une première dans l’industrie papetière en France.

Ce dispositif complétera l’actuelle station d’épuration, physico-chimique et viendra s’intercaler entre celle-ci et le point de rejet sur le Rhin. Il agira comme un filtre supplémentaire et permettra de clarifier l’eau avant son rejet dans le fleuve.

L’installation a nécessité le déboisement d’environ15 hectares de forêt rhénane, mais seul 50 % de la surface sera transformée en lagune inondée. Une parcelle équivalente à proximité sera reboisée.

La méthode est 100% naturelle. La lagune est inondée en permanence par 5 cm d’eau usée. L’eau est filtrée à travers des couches de graviers (80 cm) qui viennent piéger les matières en suspension  biodégradables. Celles-ci sont digérées par les racines des roseaux. L’installation aura une capacité de 3000 m2 par jour.