Nouvel établissement psychiatrique à Strasbourg Cronenbourg (67)

SERUE Ingénierie a assuré une mission complète de maîtrise d’œuvre sur ce projet, ainsi que les missions EXE, Ordonnancement, Pilotage et Coordination (OPC), Coordination des Systèmes de Sécurité Incendie (CSSI), Haute Qualité Environnementale (HQE), et calcul des Coûts d’Exploitation et de Maintenance.

En plus de sa qualité architecturale, le projet se distingue par ses spécificités techniques.

Après plusieurs études comparatives, le maître d’ouvrage a retenu le raccordement sur le réseau de chaleur du quartier, géré par CUS Habitat. Il a cependant été prévu de pouvoir aménager dans le futur une chaufferie complète au gaz, au sein de la sous-station actuelle. Le bâtiment est chauffé par le biais d’un plancher chauffant (réversible l’été). Il est ventilé par le biais de 10 centrales de traitement d’air qui disposent d’une pompe à chaleur intégrée et d’un système de récupération des calories de type caloduc. Couplés à une pompe à chaleur (chaud + froid) complémentaire, tous ces systèmes contribuent non seulement à la qualité des espaces pour les patients et les encadrants, mais aussi à la performance énergétique du bâtiment, puisqu’ils sont reliés par un système de GTC (Gestion Technique Centralisée) qui permet à l’exploitant de gérer au mieux la production de chaud ou de froid en fonction des conditions extérieures et des rendements associés des équipements.

Le lot électricité a également été un lot très complexe à appréhender dans la mesure où les exigences du programme étaient très élevées. Il a été prévu un poste de transformation dédié à l’opération, de même qu’un groupe électrogène pour le secours. Tous les éclairages ont été prévus en technologie Led pour réduire les consommations.

Les prestations de courants faibles étaient extrêmement complètes : appel malade, briquet sécurisé, protection du travailleur isolé, vidéo-projection, distribution de la TV, informatique (permettant de tout piloter depuis le siège de Brumath), distribution de l’heure, sonorisation – sonorisation malentendant, vidéosurveillance, interphonie, contrôle d’accès et détection intrusion.

Du point de vue des structures, les prémurs isolés ont largement été utilisés en façade. Ce procédé constructif (mur béton de 20 cm + 14 cm d’isolant + parement béton extérieur de 5 cm) a permis de traiter la double problématique de l’isolation par l’extérieur (pour éviter les ponts thermiques) et du parement extérieur (potentiellement soumis aux ‘‘agressions’’ des patients) très résistant.

Dans ce type d’établissements, le sujet de la légionnelle doit être traité de façon très sérieuse. Ainsi, non seulement la production d’ECS (Eau Chaude Sanitaire) et les réseaux associés ont été dimensionnés pour que l’exploitant puisse réaliser des chocs thermiques qui vont bien au-delà de la règlementation, mais en plus, le réseau de bouclage de l’ECS a été prévu jusqu’au dernier centimètre avant le point de puisage pour éviter ‘‘tout bras mort’’ (alors que les normes permettent des bras morts de 8 m et ou 3 litres au maximum).

Enfin, il convient de noter que toutes les eaux pluviales de toiture sont infiltrées dans la nappe phréatique par le biais de 2 puits forés à 15 m environ ; puits d’infiltration traversant l’épaisse couche de lœss présent sur le site, et qui ne permettait pas de réaliser une infiltration des eaux pluviales de façon ‘‘surfacique’’.

Fiche technique

Maître d'ouvrage

Établissement Public de Santé d’Alsace Nord

Architecte

TRINH & LAUDAT (conception) – NKS (suivi de la réalisation)

budget

20 millions d’euros

Date de mise en service

2019

caractéristiques

Réalisation d’une unité de soins psychiatriques de 140 lits.

Santé - Hôpital - 67 - SERUE Ingénierie
Le projet se décompose en deux parties : - L’hospitalisation sous la forme d’une nappe horizontale en rez-de-chaussée avec un étage partiel. - Les locaux ouverts au public contenus dans une barrette sur deux niveaux.
Santé - Hôpital - 67 Bas-Rhin - SERUE Ingénierie
À partir du hall d’accueil, deux « RUES » distribuent les fonctions principales, à savoir : une rue « médicale » et une rue « publique ».