Pont de la Citadelle sur le bassin Vauban reliant Strasbourg à la ville frontière de Kehl en Allemagne

SERUE Ingénierie a assuré la mission de maîtrise d’œuvre de suivi des travaux (DET) sur ce projet.

La construction du nouveau pont de la Citadelle qui enjambe le bassin Vauban à Strasbourg s’inscrit dans le cadre du projet d’extension de la ligne de tramway D vers la ville voisine de Kehl en Allemagne, dont la mise en service a eu lieu en avril 2017.

L’ouvrage d’art est long de 163 mètres, avec un tablier à 8 mètres au- dessus de l’eau autorisant la navigation des paquebots rhénans et autres porte-conteneurs à grands gabarits.

Le tablier courbé en plan et penté à 4 %, est conçu pour accueillir deux voies de tramway, des cyclistes et des piétons. La circulation automobile n’est pas prévue.

Il a été construit par le groupement d’entreprises EIFFAGE METAL/GTM HALLÉ sur une durée de 18 mois.

Les culées du tablier et les massifs d’encastrement de l’arc sont fondés sur des barrettes en béton.

Le tablier a été assemblé sur la berge ouest et a été lancé en 2 phases.
Chaque nouveau tronçon du tablier poussant le précédent jusqu’au franchisse- ment du bassin.

L’arc est unique et enjambe le tablier. La clé de voûte de l’arc, d’une longueur de 80 mètres, a été montée sur le tablier avant le lançage.

Une fois le tablier lancé, cette dernière a été hissée jusqu’à son altitude définitive, à plus de 45 mètres au-dessus de l’eau, par quatre vérins d’une puissance de 200 tonnes chacun et montés en partie haute de 2 tours provisoires.

Les pieds d’arc ont été ancrés par des câbles de précontrainte sur les massifs béton de fondation. Ces derniers ont été reliés à la clé de voûte par 2 éléments métalliques en caisson qui ont été mis en œuvre par 2 grues mobiles de forte capacité.

La pose des câbles de suspente a conféré à l’ouvrage son identité définitive.

Les formes épurées voulues par l’architecte constituent une réponse technique à l’analyse des efforts. Par exemple, la section transversale de l’arc en caisson métal- lique varie en hauteur et en largeur, de sa base plus haute que large à son sommet plus large que haut. Cette forme résulte d’une volonté esthétique mais aussi de l’analyse des efforts afin d’optimiser la matière. De même, le choix technique des accroches basses des suspentes via des caissons secondaires en rive extérieure a favorisé la finesse perceptible du tablier. En effet le tablier par sa forme courbe continue, apparaît comme très fin (1.40 mètre d’épaisseur) et contribue à renforcer son image urbaine.

Cette esthétique ferait presque oublier les 2000 tonnes d’acier qui auront été nécessaires à sa construction.

Fiche technique

Maître d'ouvrage

Compagnie des Transports Strasbourgeois

Architecte

Jean-Bernard NAPPI

budget

12,5 millions d’euros

Date de mise en service

2017

caractéristiques

Construction d’un pont dans le cadre du prolongement de la ligne de tramway D vers Kehl en Allemagne (163 m de long)

Ouvrage d'art - Pont de la Citadelle sur le bassin Vauban reliant Strasbourg à la ville frontière de Kehl en Allemagne - SERUE Ingénierie
Les formes épurées voulues par l’architecte constituent une réponse technique à l’analyse des efforts.
Ouvrage d'art - Pont de la Citadelle sur le bassin Vauban reliant Strasbourg à la ville frontière de Kehl en Allemagne - SERUE Ingénierie
Le pont de la Citadelle interpelle le regard avec sa silhouette filiforme de « grand oiseau blanc » qui semble vouloir prendre son envol au-dessus du bassin Vauban.
Ouvrage d'art - Pont de la Citadelle sur le bassin Vauban reliant Strasbourg à la ville frontière de Kehl en Allemagne - SERUE Ingénierie
Au-delà de la prouesse architecturale et technique, ce pont est aussi un symbole fort de l’Union Européenne. « Ici, on construit des ponts, pas des murs ».