Maison de Santé au coeur du village de Krautergersheim (67) : joindre l’utile à l’agréable !

Dans les communes rurales, la présence d’un médecin généraliste à plein temps et de tous ses corollaires (pharmacien, infirmières, kiné, podologue…) est une raison du maintien de la population locale et un atout indéniable en termes d’attractivité.

Après avoir mené une réflexion sur la situation des professionnels de santé implantés sur son territoire, la municipalité de Krautergersheim située au milieu de la plaine d’Alsace, souhaite une offre plus concentrée sur un même site. La création d’un pôle paramédical pluridisciplinaire dans des locaux de qualité répondant aux normes d’accessibilité se fera au coeur du village.

Les bases d’une double structure bénéficiant d’une bonne visibilité.A2 OK
La commune a fait l’acquisition d’une maison d’habitation et de ses dépendances au 13 rue du Maréchal Foch, à proximité de l’ancienne mairie et de l’ancienne école toutes deux désaffectées. L’objectif étant de réunir côte à côte sur un même site, au centre du village une « Maison des Associations » et une « Maison de Santé » pour gagner en visibilité pour l’une comme pour l’autre.

2 OKUn projet en phase avec le patrimoine architectural local.
Le projet du cabinet RAL 1023 Architecture a été retenu, SERUE Ingénierie assurant la fonction de bureau d’études.

Les deux structures sont indépendantes et autonomes, elles sont séparées par une large allée centrale piétonne qui a été pensée comme un parc / jardin. Pour répondre à la réglementation en vigueur, un petit parking de proximité est prévu côté rue centrale, en parti sous le bâti sur pilotis de la Maison de Santé.
Les bâtiments existants sont conservés, à l’exception de la grange qui sera démolie. À la place un bâtiment de liaison, qui reprendra l’apparence de l’ancienne grange, fera la jonction entre l’actuelle maison d’habitation restructurée et les nouveaux locaux.

L’objectif étant de conserver l’implantation et l’aspect architectural d’antan. Pour cela les matériaux retenus font partie du patrimoine architectural local :
– le grès rouge des Vosges pour le RDC avec insertion de vitrage type industriel,
– un enduit crépis pour l’ancienne maison d’habitation,
– un mur en brique de parements pour les 2 pignons nord et sud du nouveau bâtiment,
– un bardage bois pour les façades du bâtiment de liaison,
– une toiture en tuile « brun nuagé effet vieilli ».

Une équipe paramédicale et pluridisciplinaire qui prend forme.4 OK
Depuis l’entrée sous le bâtiment de liaison sur pilotis, le visiteur arrive dans un hall qui donnera accès aux différentes entités. Un escalier ouvert, dessert l’étage ainsi qu’un ascenseur pour les personnes à mobilité réduite (PMR).

Au rez-de-chaussée :
– un cabinet de podologie, pédicure et confection de semelles.
A l’étage :1 OK
– un cabinet dentaire,
– un bureau infirmier à domicile,
– un cabinet d’orthophoniste,
– un bureau psychologue,
– et des locaux encore non alloués.
Dans les combles :
– un cabinet de kinésithérapeute,
– une salle de détente avec loggia donnant sur l’allée centrale.

La priorité absolue : la sécurité des patients et des personnels.
Les3 OK concepteurs du projet ont été particulièrement attentifs au respect de la règlementation en matière de protection incendie, extrêmement contraignante pour les établissements de santé. L’autre point sensible qui est étroitement lié est la facilité d’accès et de circulation des personnes à mobilité réduite (PMR) au sein de l’établissement (sanitaires, éclairage, revêtements sols et murs, signalétique…).

Au final un beau projet d’utilité public pour la petite commune alsacienne de Krautergersheim (Capitale de la Choucroute), auquel SERUE Ingénierie est fière de collaborer en apportant son expérience et ses savoir-faire issus du milieu médical. Un projet qui, n’en doutons pas, fera école dans d’autres communes rurales.

Illustrations : RAL 1023 Architecture

Pôle santé de Reims : un projet complexe dans un espace contraignant

Dans le cadre d’un programme d’extension et de restructuration, ce projet vise à doter le Pôle Santé URCA à Reims, d’un outil de l’enseignement de la santé performant, avec des équipements modernes réunis sur un seul site, en mutualisant l’espace entre les différentes disciplines, ce qui permet de rationaliser les investissements et les coûts de maintenance.

Un projet très séduisant du cabinet TEKTON Architectes, sur la base d’une analyse poussée de l’existant, associé pour sa mise en œuvre à l’expérience et aux savoir-faire de SERUE Ingénierie dans le domaine des locaux médicaux.

UVersion 2n projet complexe et contraignant
En effet, il faut à la fois complètement restructurer l’un des bâtiments (B) tout en gardant une partie technique, comme la circulation des fluides qu’intègre la nouvelle configuration, mais aussi « fusionner » le nouveau corps de bâtiment à l’ancien sans altérer la circulation et l’activité, car le chantier sera sur site occupé en permanence. Il devra se faire « discret » pour gêner au minimum les personnels et les étudiants, maintenir l’accès aux bâtiments en travaux. Aussi, le chantier qui est sur trois sites fera l’objet d’un phasage extrêmement précis.

Image_picture_223S’inscrire dans l’existant mais exprimer aussi une image forte pour l’institution
Le pôle santé s’étend sur une superficie de 4,4 hectares, parcelle avec une forte déclivité, déjà occupée par deux corps de bâtiment en L donnant sur un large parvis. Un des bâtiments, le plus important, est composé de deux parties (B/C) séparées par une « rue intérieure », surmonté par une verrière.

Dans l’implantation proposée, la partie extension se situe sur un talus planté, adossée perpendiculairement à l’extrémité des bâtiments B/C existants sur une parcelle triangulaire exigüe. Cet emplacement permet de construire les nouveaux locaux, tout en assurant une continuité de circulation avec l’existant.

Version 3Une structure de 3 étages + RDC, qui se veut accueillante et fonctionnelle
L’accent a été mis sur une circulation optimisée et privilégie l’éclairage naturel, offrant des vues sur l’environnement proche. Elle comprend :

  • une nouvelle cafétéria, avec terrasse et jardins à la française,
  • un nouvel amphithéâtre d’une capacité de 200 places, avec son foyer,
  • un patio permettant aux salles de TD de s’ouvrir sur l’extérieur,
  • quatre nouvelles salles d’examens séparées par des cloisons mobiles permettant de constituer un seul volume de 600 m2 en capacité maximale.

Il est prévu aussi d’améliorer l’accès du parking qui est mitoyen au nouveau bâtiment.

La mise en œuvre d’un principe de construction simple
Il associe une construction en éléments béton pour les parois enterrées et la structure porteuse principale, et une charpente en bois pour la structure de la couverture.
L’orientation des façades permet la mise en œuvre de dispositifs de protection solaire simples et efficaces en toutes saisons : brise-soleil verticaux orientables et relevables, auvents de protection des entrées.

Restructuration intérieure complète du bâtiment B
Le projet reprend les principes de restructuration et de mutualisation des surfaces existantes disponibles, afin de libérer les surfaces destinées à accueillir l’UFR d’Odontologie, tout en conservant des surfaces et locaux nécessaires aux autres enseignements prodigués et services au sein de ce bâtiment :

  • la création d’une grande salle de chimie,
  • la salle d’informatique descend d’un étage,Version 4
  • le déplacement de l’unité de recherche CARDIOVIR,
  • la fusion des salles de microbiologie,
  • la création d’un espace de simulation de médecine,
  • l’agrandissement du restaurant universitaire existant,
  • la création d’un magasin centralisé de produits chimiques,
  • le transfert du service de reprographie,
  • etc.

Enfin, l’amélioration du confort thermique de la « rue intérieure » par la mise en place de brise-soleil fixes en toiture au-dessus des verrières actuelles.

image_picture_222Le laboratoire d’anatomie fera l’objet d’un traitement séparé
Ce bâtiment sera sur un seul niveau de plain-pied, simple et fonctionnel, il sera implanté parallèlement au bâtiment A, en limite du terrain de l’hôpital pour répondre à des exigences d’autonomie de fonctionnement et de discrétion pour l’enseignement pratiqué. 

Les espaces sont organisés afin d’assurer une séparation complète des flux entre les étudiants, le personnel, les corps et les pièces anatomiques. Toutes les salles disposent de larges ouvertures en haut-jours, grâce à un décrochement des volumes afin d’amener un éclairage naturel dans les zones centrales du bâtiment, sans offrir de vue directe sur les activités.

Un projet ambitieux pour projeter le Pôle santé de Reims dans l’avenir
Pour le maître d’ouvrage ce projet doit s’inscrire dans « l’espace et le temps », avec une vision économique claire.

Pour SERUE Ingénierie et ses équipes un beau projet comme on les aime, complexe et contraignant qui permettra d’exprimer toute la palette de nos compétences et enrichir nos savoir-faire.

 

Illustrations : TEKTON Architectes – D.R.

 

Une cure de jouvence pour le Centre Hospitalier du Loewel à Munster qui retrouve une nouvelle jeunesse.

L’hôpital Loewel, du nom d’un ancien maire de Munster et dont la construction remonte à la fin du XIXe siècle, est l’un des principaux établissements de soins de la Route du Fromage de la vallée de Munster.

L’architecte Jean-Marie Martini et le bureau d’études SERUE Ingénierie se sont vus confier la mission de la réhabilitation de la partie historique actuellement inoccupée et l’amélioration des aménagements extérieurs.

L’établissement avait déjà fait l’objet d’une première tranche de travaux en 2011 avec la démolition d’une aile du vieil hôpital et la création d’une nouvelle à la place.

La réhabilitation de la partie historique du bâtiment principal a consisté en une rénovation lourde des locaux. Elle peut accueillir désormais 62 lits S.S.R. (Soins de Suite et de Réadaptation) contre 43 lits précédemment.

Chaque chambre S.S.R. comporte désormais un bloc sanitaire complet préfabriqué. L’ensemble des nouveaux locaux, est en conformité avec la réglementation en vigueur : accessibilité PMR, réglementation thermique, SSI…

La totalité des travaux de réhabilitation ont été effectués sur site occupé. Concrètement, il a été impératif de conserver l’accessibilité au bâtiment neuf en activité (personnels, résidents, visiteurs, ambulances…).

Les activités de rénovation n’ont en rien perturbé les résidents et les personnels occupant les locaux de la nouvelle aile.

Le suivi rigoureux et conséquent des travaux mis en œuvre par SERUE Ingénierie a permis de les réaliser dans les délais imposés par le client, tout en assurant une réalisation de grande qualité.

Grâce aux bons soins de SERUE Ingénierie, l’ancien Centre Hospitalier du Loewel a retrouvé une nouvelle jeunesse.