SERUE « sort du bois » et participe à l’aménagement du quartier fluvial de Huningue sur le Rhin.

Associée à SORTONS DU BOIS, Paysagiste-Urbaniste-Architecte, le projet que vient de remporter SERUE Ingénierie consiste en l’aménagement du nouveau Quartier Fluvial à Huningue, au bord du Rhin, qui fera office de nouvelle Porte de France au pied de la passerelle des Trois Pays, reliant Huningue à Weil-am-Rhein en Allemagne.

SERUE Ingénierie, mandataire de l’équipe, assurera une mission de maîtrise d’œuvre complète en tant que bureau d’études Voirie et Réseaux Divers.

Le projet porte sur un aménagement mixte fonctionnellement et sera élaboré dans une démarche durable. Il a pour ambition de renforcer le centre-ville de Huningue, de positionner la ville au sein de l’agglomération trinationale de Bâle, de favoriser le développement urbain de la ville, de contribuer à son rayonnement et à son développement économique.

Le projet doit également contribuer à l’amélioration du cadre de vie des Huninguois avec la mise en valeur des berges du Rhin et du paysage lié au fleuve, qui constituent des atouts majeurs pour la commune. Il s’inscrit dans la vision paysagère d’ensemble validée dans le cadre de la démarche         « 3Land » et dans la dynamique de création de la « voie verte » cyclable transfrontalière entre          Huningue et Bâle.

Le projet s’étend sur 6 hectares et le montant des travaux est estimé à 4,5 M€ HT.

L’ancienne raffinerie de Reichstett (67) se met au vert et montre l’exemple pour devenir ECOPARC RHENAN

D’une surface totale d’environ 85.32 hectares, le site est destiné à accueillir une zone d’activité tertiaire et logistique comportant plus de 78 ha de parcelles en promotion allant de 0.2 à 15 ha.

Le travail sur les infrastructures routières :

  • le raccordement existant sur un rond-point de la RD37 à l’ouest,
  • le raccordement sur un rond-point de la RD37 au nord par la création d’une nouvelle branche,
  • la création d’un réseau interne au lotissement avec une voie principale constituée de 2 barreaux (l’un orienté ouest/est, l’autre sud/nord) et une voirie secondaire pour desservir les parcelles plus petites éloignées de la voie principale.

Création de noues pour le traitement des eaux pluviales

Les eaux de ruissellement des voiries seront collectées par des dispositifs permettant de les rediriger vers les noues de collecte accompagnant chaque voirie.
Ces noues étanches permettront de stocker les eaux pluviales à hauteur de la pluie centennale.

Protection des espèces et compensation des espaces détruits

Les zones humides sont de véritables infrastructures naturelles qui jouent un rôle fondamental dans la gestion de la ressource en eau et des milieux aquatiques.

  • Ce sont des éléments centraux de l’équilibre des bassins versants tant au niveau qualité :
    autoépuration directe des eaux courantes en lit mineur,
  • filtration et frein des eaux de ruissellement notamment sur parcelles agricoles,
  • filtration des eaux de débordement et de ruissellement pour l’alimentation des nappes,
  • réservoir de biodiversité.

Mais aussi en ce qui concerne la quantité de ces bassins :

  • régulation des débits (crues, inondations…),
  • régulation des phénomènes dynamiques (érosion, coulées de boue…),
  • soutien des étiages.

 Notre mission : concilier activité humaine, environnement naturel et biodiversité

Il est prévu de préserver en état une belle parcelle de 9.2 ha de zones humides, identifiée comme étant extrêmement riche en biodiversité.

De plus, pour compenser les dommages occasionnés, deux zones humides d’une surface totale de plus de 12 ha seront créées. Un important travail « paysagé » sera fait pour reconstituer la mosaïque d’habitats : mares, haies buissonnantes, arbres de hautes tiges et zones à sol nu créant ainsi des habitats favorables aux oiseaux et amphibiens.

Si notre travail est concluant, nous aurons le plaisir d’accueillir à terme d’autres espèces tels les odonates qui ne sont pas présents sur le site faute d’habitats favorables. Alors nous pourrons dire : mission

Photo : Pie-grièche écorcheur – D.R.

Visuel_Moniteurv0

Vu dans le Moniteur : SERUE au rendez-vous du bâtiment numérique.

SERUE Ingénierie a eu droit aux honneurs de la presse nationale avec un bel article du MONITEUR dans son n°203 de février 2015.

Le journaliste Paul Falzon a retracé le parcours de la société fondée en 1965, qui fête cette année ses 50 ans et qui a vu se succéder déjà 3 générations de dirigeants.

Au fil du temps, SERUE a façonné le Strasbourg d’aujourd’hui avec des constructions emblématiques : le réseau de tramway, le Parlement européen, la gare TGV,… sans parler de très nombreux bâtiments dans toute la région Est. Autant de belles références à porter au crédit de ce bureau d’études régional.

L’année dernière, une nouvelle équipe de dirigeants a repris le flambeau : Martial DEBOEUF comme Président et Thierry SCHMITT au poste de Directeur Général.

Le nouveau tandem de tête s’inscrit dans la continuité de leurs prédécesseurs, tout en apportant des inflexions pour s’adapter aux nouvelles attentes des Maîtres d’ouvrage et faire face à une concurrence exacerbée.

  • Le capital a été ouvert aux cadres de l’entreprise, ce qui confère à SERUE Ingénierie une totale indépendance dont elle est très fière.
  • Une démarche de Lean Management a été engagée avec l’assentiment de l’ensemble des salariés pour gagner encore en efficacité. Démarche industrielle encore peu usitée dans le monde de l’ingénierie.
  • Développer le BIM (le bâtiment numérique) qui est pour ses jeunes dirigeants l’avenir de l’ingénierie. Dans ce domaine SERUE Ingénierie a sans conteste une longueur d’avance sur ses concurrents.

Malgré une conjoncture morose, mais avec un portefeuille de clients bien équilibré entre Maitres d’ouvrage publics et privés. Martial DEBOEUF le nouveau Président reste serein et confiant dans les atouts de SERUE Ingénierie.