Restructuration et extension du collège Kennedy à Mulhouse, tout en valorisant le patrimoine existant.

L’actuel collège Kennedy a été constitué en 1873 à partir de bâtiments dépendants des anciennes fabriques Schlumberger & fils, ainsi que du vaste jardin attenant. Ces deux bâtiments bicentenaires ont une belle cohérence architecturale, associant une structure végétale, et constituent le coeur du site et du projet.
Image_002
Ce riche patrimoine pour continuer d’exister, sans renier son caractère, doit s’inscrire dans le futur. C’est le pari audacieux de ce projet architectural. Le futur collège Kennedy rénové, augmentera sa capacité d’accueil passant de 665 élèves à 750 élèves.

Rénover, restructurer sans dénaturer l’existant.
Les façades feront l’objet d’un soin tout particulier, l’esthétique fin 19ème, début 20ème sera restituée, associée à des technologies modernes comme le double vitrage. Après sa remise en état, la toiture sera préservée.
L’intérieur des bâtiments fera l’objet d’une restructuration sur plus de 4000 m2 pour l’adapter au cahier des charges, et mise aux normes pour apporter confort et sécurité à ses futurs occupants du 21ème siècle.Image_005

Une extension résolument futuriste.Image_022
Le bâtiment de l’administration et du CDI, plus récent, à l’entrée, sera détruit et remplacé par une nouvelle construction de 1800 m2. Elle comptera en plus le pôle scientifique et la salle des professeurs. S’ajoute le réaménagement de 6000 m2 à l’extérieur avec la construction d’un nouveau préau.

L’extension se veut résolument contemporaine. Constituée de matériaux sobres contemporains et traditionnels. Elle est accolée au pignon sud du bâtiment B, dont il adoptera les 3 niveaux pour une circulation fluide. La structure sera majoritairement en béton, recouvert sur sa façade de petites plaques de zinc cuivré. Façade qui prend de l’épaisseur et de l’expressivité avec des lames verticales en métal et fait écho à la structure très rectilignes des anciens bâtiments.

Image_004Optimiser les espaces construits pour agrandir le square mitoyen.
L’objectif est double, préserver les grands arbres qui participent à la beauté du site et agrandir le square. Le CDI avec ses grandes baies vitrées donne sur cet espace végétalisé et poétique qui incite à « l’inspiration ».
Aussi cette compacité est fondamentale et explique les choix de simplicité de développement fonctionnel des plans de niveaux avec une compacité optimale. Ainsi, le bâtiment est accolé à la limite de l’espace constructible, permettant d’éviter d’ajouter une clôture et un espace perdu.

Sécurité, confort et optimisation des coûts d’entretien.
L’accent a été mis sur la circulation des élèves et des personnels au sein de l’établissement. Chaque niveau étant desservi par des escaliers protégés et un ascenseur PMR dans l’extension.

Les concepteurs ont été très attentifs aux ambiances de confort, acoustiques, hygrothermiques et de la qualité de l’air. Pour la ventilation, un système de double flux est prévu pour les locaux à forte occupation et simple pour les autres.

Le dimensionnement du chauffage sera assuré par des panneaux rayonnants plafonniers ou des radiateurs selon la localisation. Les sanitaires feront l’objet d’une refonte totale, plus faciles à entretenir et à surveiller, un espace sécurisé, propre et sain pour les élèves.

Pas d’école, sans cour de récréation digne de ce nom.
Image_003Une grande cour de récréation en enrobé se déploie depuis le nouveau bâtiment, son préau, jusqu’au bâtiment de salle de sport. Un massif végétal vient masquer les clôtures.
Au pied du pignon du bâtiment E, un espace plus « paisible » avec un revêtement infiltrant en forme de mosaïque sera aménagé, avec des tables hautes et des banquettes à larges assises à l’ombre des grands arbres. D’autres zones de revêtements infiltrants sont prévues, pour casser l’uniformité et structurer les espaces. Un lieu de détente agréable, confortable et sécurisé que les élèves pourront s’approprier selon leurs envies.

C’est le projet du cabinet d’architecte FORMATS URBAINS Architectes Associés qui a été retenu, SERUE Ingénierie assurera une mission complète de maîtrise d’oeuvre. Les études devraient courir jusqu’en mai 2020, avec le lancement du chantier en septembre.
L’objectif est d’arriver à revenir dans l’établissement en janvier 2023 après deux ans et demi de travaux. Un beau challenge pour les équipes de SERUE Ingénierie qui donnerait presque envie de retourner sur les bancs de l’école.

Illustrations : FORMATS URBAINS Architectes Associés

Reconversion du site de la brasserie Fischer en groupe scolaire : SERUE fait mousser le BIM.

La reconversion de l’ancienne brasserie Fischer laissera place à un nouveau quartier convivial et novateur composé de logements, de commerces, d’un complexe cinématographique et d’une école moderne.

En groupement avec EIFFAGE Construction, TOA Architectes, Panoptique, COFELY, ECHOES et ESP, SERUE Ingénierie assurera le rôle de bureau d’études techniques pour les spécialités Structures, Fluides, Electricité, VRD et la mission de Sécurité des Systèmes Incendie pour la construction de la future école Simone Veil.

L’école accueillera 5 classes de maternelle et 9 classes d’élémentaire ainsi que des locaux dédiés aux activités périscolaires et de restauration et 3 cours de récréation.

Ce projet, dont l’ouverture est prévue pour la rentrée 2019 s’étend sur une surface d’environ       4 000 m² pour un montant des travaux avoisinant les 12 M€ HT.

Le groupement aura à sa charge la Conception et Réalisation du bâtiment mais également son Entretien et Maintenance pour une durée de 6 ans avec une option pour l’étendre à 12 ans.

Le projet sera réalisé, tant en phase études qu’en phase travaux, avec une maquette numérique BIM.

Des normes ont également été mises en place pour que l’école décroche le nouveau label E+C- (énergie positive et réduction carbone), issu de la loi de transition énergique pour la croissance verte.

Réhabilitation et mise aux normes du groupe scolaire du Schluthfeld à Strasbourg Neudorf.

Le site du projet est implanté sur la frange sud-ouest du quartier de Neudorf dans un tissu urbain dense constitué principalement de petits immeubles d’habitation.

Au sud sont implantés des hangars à marchandises exploités par la société Heppner en bordure des voies ferrées de la gare ferroviaire du Neudorf.

L’objet du projet comprend plusieurs axes d’amélioration :

  1. Mise en conformité incendie. Le bâtiment est sous avis défavorable de la commission de sécurité depuis de nombreuses années.
  2. Redistribution des locaux pour s’adapter aux besoins actuels.
  3. Mise en valeur patrimoniale et amélioration du confort d’usage.
  4. Amélioration de l’accessibilité pour personnes en situation de handicap.
  5. Amélioration du confort thermique par le remplacement du mode de production de chauffage, le remplacement des menuiseries extérieures, l’isolation des combles, etc…

SERUE Ingénierie intervient en tant que bureau d’études technique pour la partie structures, fluides, électricité et VRD et fait équipe avec l’agence d’architecture REY LUCQUET, mandataire et le bureau d’études C2Bi pour l’économie de la construction et l’OPC.

Le contrat de cette équipe comporte les missions de base de la loi LOP (APS/APD/PRO/ACT/DET/AOR) ainsi que les missions complémentaires DIAG, REL, EXE, OPC, ACI (Assistance pour la Communication et l’Information aux usagers), STD, CEM, SSI, SIGN et DEM/MOB (mobilier et assistance aux déménagements).

 

Illustration : façade originale de 1898.

Valdoie

Groupe scolaire Valdoie (90) : un bel exemple d’équipement collectif polyvalent en milieu rural.

Face à l’attrait des « lumières de la grande ville »,  les communes rurales doivent faire preuve d’audace et d’imagination pour garder leurs habitants, voire attirer de jeunes couples avec leurs enfants.

C’est l’objectif du groupe scolaire polyvalent VALDOIE que vient de gagner le cabinet TAND’M architecte en partenariat avec SERUE INGENIERIE qui assurera une mission complète de maîtrise d’œuvre sur ce projet.

Ce nouveau bâtiment, contigu à l’école maternelle existante, doit accueillir :

  • 10 classes du CP au CM2, actuellement sur 2 autres sites,
  • une cuisine assurant un service de restauration scolaire demi-pension,
  • un Accueil de Loisirs Sans Hébergement (ALSH)

 Ce dernier point comprenant lui-même :

  • sa propre partie administrative (bureaux, salle de réunion),
  • une grande salle polyvalente,
  • un dojo pour la pratique des arts martiaux,
  • des salles « ateliers » pour la pratique des travaux manuels,
  • toutes les commodités annexes (sanitaires, vestiaires, etc),
  • des espaces de rangement.

Pour la municipalité, ce projet s’inscrit dans le cadre d’une démarche de développement durable. D’ailleurs le cahier des charges met l’accent sur la qualité de la construction qui doit répondre à tous les critères d’un bâtiment moderne accueillant du public : la qualité des matériaux, de l’éclairage, du chauffage, de l’entretien et la maintenance des installations.

Mais la priorité étant sans conteste le confort et la sécurité des enfants dans l’école et ses abords immédiats.

De part sa taille, cet investissement impacte durablement la commune de Valdoie. Un des éléments clés du succès de ce projet architectural extrêmement séduisant a été la maîtrise parfaite des coûts de fonctionnement à moyen et long terme (électricité, chauffage, entretien, …).

Illustration : cabinet TAND’M architecte

 

Studium-PIECES ECRITES (extrait)

Le projet Campus Vert de Strasbourg voit fleurir en son sein une remarquable prouesse architecturale : la bibliothèque « le Studium » et la Maison de l’Étudiant.

Cette magnifique « fleur blanche » de verre, de métal et de béton est l’œuvre de l’architecte Jean-Pierre LOTT en partenariat avec SERUE Ingénierie qui viennent de se voir attribués la construction de la nouvelle bibliothèque baptisée « Studium » et la Maison de l’Étudiant.

Cette performance architecturale et d’ingénierie sur 7 niveaux va prendre place sur le boulevard de la Victoire à Strasbourg, à la place l’actuelle bibliothèque Blaise Pascale qui sera démolie.

Ce bâtiment a été pensé pour être une nouvelle « porte ouverte » sur le campus, véhiculer une image forte de l’institution dès le boulevard, être séduisant, accueillant, offrir un outil pédagogique moderne et enfin être un lien architectural entre les différents styles de bâtiments qui composent le campus sans chercher à les concurrencer.

Ici, place à lumière naturelle mais une lumière filtrée, canalisée pour ne pas perturber le lecteur ou détériorer les milliers d’ouvrages mis à disposition.

Les contraintes architecturales doivent se faire discrètes pour laisser place à l’esprit, la curiosité, le désir de savoir… Aussi, rien ne doit heurter le regard, tout n’est que lignes fluides, mezzanine, coursives… donnant sur un vaste patio lumineux à plus 30 mètres sous plafond.

Ce superbe projet, extrêmement motivant pour toutes les équipes mises à contribution, sera un véritable challenge, une très belle façon de cultiver l’Art de construire.

Ingnieurs-INSA-Strasbourg-md

Lauréate du prix EDF – ES : Cécilia Minne étudiante Ingénieur INSA, ne manque pas d’air… C’est le moins que l’on puisse dire !

Dans le cadre de sa formation d’Ingénieur INSA, Cécilia Minne a réalisé son Projet de Fin d’Etudes (PFE) chez SERUE Ingénierie au département « fluides » sous la houlette d’Eric Firer.

Ce projet consistait en « la détermination du renouvellement d’air neuf hygiénique selon le taux de CO2 souhaité pour les locaux des bâtiments tertiaires », dans différents types de locaux et selon le taux d’occupation. Cécilia a mis en évidence le décalage entre les règles de construction, une réglementation récente relative aux performances thermiques et un taux de renouvellement d’air imposé par une réglementation datant de 1980, trop faible !

Ce prix dont nous sommes très fiers chez SERUE, récompense une étudiante brillante qui a parfaitement su s’intégrer dans notre entreprise et un Projet de Fin d’Etudes d’un haut niveau de qualité, mené de main de maître.

Il nous encourage à accueillir des jeunes et poursuivre cette mission de formation que nous nous sommes imposée. Cette cure de « jouvence » nous oblige à nous remettre en cause, nous donne une ouverture sur les connaissances actuelles et à intégrer de nouvelles idées pour garder un haut niveau d’expertise. 

Notre slogan : « Nous formons aujourd’hui les talents de demain », Cécilia Minne fait la démonstration que ce ne sont pas des paroles en l’air.

Visuel_Moniteurv0

Vu dans le Moniteur : SERUE au rendez-vous du bâtiment numérique.

SERUE Ingénierie a eu droit aux honneurs de la presse nationale avec un bel article du MONITEUR dans son n°203 de février 2015.

Le journaliste Paul Falzon a retracé le parcours de la société fondée en 1965, qui fête cette année ses 50 ans et qui a vu se succéder déjà 3 générations de dirigeants.

Au fil du temps, SERUE a façonné le Strasbourg d’aujourd’hui avec des constructions emblématiques : le réseau de tramway, le Parlement européen, la gare TGV,… sans parler de très nombreux bâtiments dans toute la région Est. Autant de belles références à porter au crédit de ce bureau d’études régional.

L’année dernière, une nouvelle équipe de dirigeants a repris le flambeau : Martial DEBOEUF comme Président et Thierry SCHMITT au poste de Directeur Général.

Le nouveau tandem de tête s’inscrit dans la continuité de leurs prédécesseurs, tout en apportant des inflexions pour s’adapter aux nouvelles attentes des Maîtres d’ouvrage et faire face à une concurrence exacerbée.

  • Le capital a été ouvert aux cadres de l’entreprise, ce qui confère à SERUE Ingénierie une totale indépendance dont elle est très fière.
  • Une démarche de Lean Management a été engagée avec l’assentiment de l’ensemble des salariés pour gagner encore en efficacité. Démarche industrielle encore peu usitée dans le monde de l’ingénierie.
  • Développer le BIM (le bâtiment numérique) qui est pour ses jeunes dirigeants l’avenir de l’ingénierie. Dans ce domaine SERUE Ingénierie a sans conteste une longueur d’avance sur ses concurrents.

Malgré une conjoncture morose, mais avec un portefeuille de clients bien équilibré entre Maitres d’ouvrage publics et privés. Martial DEBOEUF le nouveau Président reste serein et confiant dans les atouts de SERUE Ingénierie.

GroupeScolaire_Hadol-200#

Prix LQE 2015 : dansons la farandole… avec le groupe scolaire de la commune de HADOL (88)

La petite commune de Hadol dans le département des Vosges (3 000 habitants) peut être fière de son nouveau groupe scolaire, En effet, elle vient de se voir décerner le prix LQE 2015, prix d’excellence du jury dans la catégorie enseignement / petite enfance.

Rappelons que le prix LQE (Lorraine Qualité Environnement) créé en 2006 récompense des bâtiments de qualité environnementale.

Les projets sont évalués selon une grille de notation extrêmement large qui prend en compte les points comme : l’impact de l’intégration du bâtiment dans le site, l’utilisation des ressources, le choix des matériaux et la gestion de l’énergie, de l’eau, des déchets, la qualité de l’air, du confort thermique, acoustique, visuel, etc. 

Ce groupe scolaire dédié à la petite enfance a été réalisé par le cabinet d’architecte Nathalie LARCHE – Nicolas METZGER. SERUE Ingénierie a assuré les missions fluides, électricité et VRD sur ce projet.

Image 1

Avec sa nouvelle cuisine centrale et sa demi-pension, le Collège de JUSTEMONT, c’est autrement BON !

Dans le cadre de sa politique d’entretien et d’amélioration des collèges, le Conseil Général de Moselle a initié une réflexion relative à l’amélioration du service restauration.

L’opération porte sur la construction d’un bâtiment intégré dans le site du collège Justemont à Vitry sur Orne. D’une superficie de 1 400 m2 regroupant : une cuisine centrale, une cuisine satellite et le restaurant scolaire d’une capacité de 250 repas. L’unité de production, d’une capacité de 2 000 repas par jour assure également l’approvisionnement des établissements alentours.

La charpente en toiture est en bois (lamellé-collé) sur la partie demi-pension et en métal sur les zones cuisine. L’ensemble de la façade alterne entre vitrage et bois.

 L’accent a été mis sur le chauffage, avec une solution mixte : une chaufferie gaz installée au1er étage est chargée de chauffer l’ensemble des bâtiments du collège. Des panneaux radiants pour les locaux de la cuisine et un plancher chauffant pour les zones de restauration.

Diapo31_Mézières#

Alfred Mézières aurait trouvé les mots justes pour décrire cet établissement futuriste et résolument vert…

Dans le cadre du projet de réhabilitation et extension en site occupé du lycée Alfred Mézières à Longwy, les travaux suivants seront entrepris : restructuration, démolition et reconstruction, voir construction ex nihilo de nouveaux bâtiments selon cas.

Le projet sera réalisé en deux tranches avec un phasage complexe rendu nécessaire par le fait que les travaux se feront en site occupé. Les travaux globaux seront prévus sur 5 ans à minima, à partir du début de l’année 2014.

L’intégralité des installations techniques des bâtiments seront refaites à neuf, à noter la création de deux chaufferies et d’un poste de transformation haute tension.

Les bâtiments neufs seront conformes à la réglementation RT 2012. Les bâtiments réhabilités répondront à la réglementation thermique « réhabilitation ».

Les structures des nouveaux bâtiments administration et ateliers seront en béton armé avec le franchissement de portées importantes et de longs porte-à-faux.

Le bâtiment gymnase sera réalisé en béton armé pour la partie infrastructures et en bois lamellé-collé pour la superstructure avec des portées jusqu’à 29 m environ.