Galaxie d’Amnéville : la tête dans les étoiles, mais un projet qui garde bien les pieds sur terre !

Le Galaxie est situé sur la commune d’Amnéville, au cœur d’un vaste complexe touristique, culturel et thermal créé en 1970. Salle « multifonction » d’une très grande jauge dont la capacité est de 8000 à 12500 places, mais dont l’activité principale reste les spectacles, qui ne correspond plus aux besoins du marché.

Galaxie# État des lieux
Un état général très vieillissant avec des qualités fonctionnelles principalement adaptées au spectacle. De très nombreux désordres et des aménagements annexes vétustes nécessitent une remise à niveau de l’équipement et des travaux de réhabilitation très conséquents.

En faire un équipement performant
Les objectifs du projet sont de réaliser un profond lifting de l‘infrastructure à la fois fonctionnel, qualificatif, esthétique et profiter de l’opportunité pour la restructurer et en faire un équipement performant qui répond au marché et aux attentes de ses visiteurs, au-delà de la région, le tout avec des investissements relativement réduits.

RechImage_006ercher la multifonctionnalité
Cela passera par une réduction de la jauge, afin de réaliser une salle vraiment multifonction, pour pouvoir s’ouvrir d’avantage au marché des événements sportifs. En effet, Il n’y a pas de grande salle pouvant accueillir de grosses compétitions sportives entre Paris et Strasbourg : hand, gym, tennis, Supercross… Mais aussi pouvoir, ponctuellement, accueillir des conventions, assemblées générales et événements d’affaires, etc.

Viser un bon niveau de prestation permettant une offre irréprochableImage_029#

  • Des prestations adaptées pour les petits et moyens événements (parfaite modularité du hall principal).
  • De nouveaux espaces afin de compléter le domaine des possibles et notamment pour les événements nécessitant des espaces plus confortables ou à la jauge plus limitée.
  • Des zones backstage conformes aux besoins des spectacles et du sport.
  • Des zones d’accueil du public plus performantes et confortables.
  • Un niveau limité d’équipements techniques mais permettant un fonctionnement autonome de l’équipement (son, lumière, restauration…) pour les « petits » événements.


    Permettre une parfaite accessibilité, une des clefs du succès !

    Le centre thermal et touristique d’Amnéville bénéficie d’une bonne accessibilité par l’autoroute A4/A31 et la nationale 52, mais ce sont ses seuls possiblités d’accès. Aussi, l’accent sera mis l’accessible à proximité du site :

  • accessibilité renforcée pour les automobilistes et les bus ;
  • amélioration de la signalétique, pour fluidifier l’accès et la sortie ;
  • qualité du stationnement, avec l’éclairage des parkings jusqu’à la salle ;
  • enfin, faciliter l’accessibilité des PMR.  

Un beau projet, qui va se décliner en plusieurs phases, où SERUE ingénierie et ses équipes dédiées pourront exprimer tous leurs savoir-faire, peut-être la tête dans les étoiles à côtoyer « les stars », mais en gardant bien les pieds sur terre !

Restructuration de la Bibliothèque de l’Université de Lille : une nouvelle page à écrire pour SERUE Ingénierie.

Fort de son expérience avec la bibliothèque Universitaire « Le Studium » à Strasbourg et bien d’autres projets dans le même registre, SERUE Ingénierie essaime ses compétences et ses savoir-faire jusque dans le Nord de la France.

Forum_Université_Lille_III_octobre_2014

Suite à la fusion des 3 Universités de Lille en 2017, la nouvelle entité, Université de Lille, a décidé d’amorcer le plan de Restructuration et mise en sécurité de la Bibliothèque Universitaire du Campus Pont de Bois. Le bureau d’études strasbourgeois s’est vu confié la mission d’Assistance à Maître d’Ouvrage de ce projet.

L’équipe de programmation retenue est composée de l’agence mandataire AG Studio pour les compétences programmation, architecture et acoustique et du bureau d’études techniques SERUE Ingénierie pour les compétences sécurité incendie, désamiantage, fluides, électricité et structures.

Bibliothèque de LilleLa Bibliothèque Universitaire SHS (Sciences Humaines et Sociales), finalisée en 1974, est reconnaissable par ses façades pleines revêtues de carreaux de grès beige clair et présentant peu d’ouvertures en façades. Le patio central extérieur constitue son principal apport de lumière naturelle. La bibliothèque se distingue par la qualité et la générosité de ses grands plateaux. Un système de poteaux poutres permet de disposer d’un plan libéré et offre une grande potentialité de flexibilité.  Un « silo » à livres attaché au bâtiment principal peut accueillir jusqu’à un million d’ouvrages et abrite un fond documentaire encyclopédique riche, des collections historiques ainsi que des collections patrimoniales dont quelques incunables.

Le projet vise à doter le Campus Pont de Bois d’une bibliothèque modernisée, « Learning Center », aux fonctions rénovées et étendues, complémentaire des équipements existants et composée des entités fonctionnelles suivantes :

  • Des espaces d’accueil et de vie, de type « troisième lieu » favorisant l’interaction et une ambiance détendue.
  • Un lieu d’innovation pédagogique avec des espaces de formation (cours ou TD) de type « classe mobile » favorisant le travail par projets et des espaces de travail collaboratif réservables par les étudiants.
  • Un lieu d’expositions et de manifestations évènementielles.
  • Un lieu de recherche offrant un environnement de travail complet aux doctorants et aux jeunes chercheurs en SHS.
  • Un espace d’innovation sociale comprenant un « tiers lieu » de solidarité, de développement durable et de citoyenneté, une épicerie solidaire, un lieu de médiation et d’échange et d’autres activités de type « ressourcerie ».
  • Un point de restauration.
  • Un important pôle documentaire, espaces de travail et de consultation.
  • Un magasin de conservation, d’une capacité équivalente au « silo » actuel, de 28 000 mètres linéaires.
  • Les espaces de travail du personnel et la logistique générale.

    Et ne doutons pas que la nouvelle bibliothèque qui verra le jour durera plus longtemps que le Petit Pont de Bois de Yves Duteil. Et pour SERUE Ingénierie une belle référence, dans un domaine très pointu à mettre à son actif.

Tel un Phoenix, VOUJEAUCOURT voit renaître de ses cendres le nouvel Arcopolis.

Avril 2015, un incendie accidentel réduisit en cendres la vaste salle de spectacle polyvalente baptisée alors l’Arcopolis, construite à la fin des années 80.

Au fil des années cette infrastructure avait su conquérir un large public pour des manifestations diverses et variées : même Johnny, Renaud, Bruel, Patricia Kass s’y sont produits.

Mais la crise pétrolière est passée par là et la salle surdimensionnée a montré ses faiblesses dans sa conception : gros problèmes de chauffage et d’acoustique qui ont signé son déclin.

SERUE Ingénierie en partenariat avec l’agence IXO Architecture se sont vus confier, la conception et la réalisation du nouvel Arcopolis, baptisé provisoirement « Espace polyvalent de la Cray ».

Construit sur le même emplacement, ce bâtiment de 2600 m2 sera ouvert au public à l’automne 2018, mais sa structure en chantier est déjà bien visible et suscite la curiosité. En effet bien que beaucoup plus petit que son prédécesseur, cet élégant équipement de plein pied donne l’impression d’être pourtant bien plus grand et plus léger.

Compte tenu du délai, contraint par l’indemnisation de l’assureur et le budget alloué de 6,5 millions d’euros le cahier stipulait : « faire vite et donc à priori simple ».

Les concepteurs du projet retenu ont dépassé les attentes du maître d’ouvrage, en proposant un bâtiment certes simple, mais élégant, fonctionnel, ouvert sur l’extérieur et qui intègre le paysage. Les matériaux privilégiés sont l’acier, beaucoup de bois et de grandes baies vitrées.

L’équipement, tout en transversal, se compose de 2 grandes salles, communicantes si besoin, avec une entrée commune et un local restauration, chacune disposant de son propre vestiaire et de ses locaux techniques.

  • La plus grande 1.290 m2 sera dédiée à la pratique sportive : tennis, roller et tous les sports « dynamiques », hors collectifs.
  • La seconde de 550 m2 a une vocation plus festive et culturelle, d’une capacité de 500 personnes, avec une scène démontable et des gradins rétractables qui se dissimulent dans le mur du fond. L’accent a été mis sur l’habillage plus feutré, l’acoustique et surtout le chauffage. Une cloison mobile permet de la scinder en deux.

Le bâtiment intègre la topographie du paysage : au sud un beau parvis invite à franchir les portes vitrées en accordéon et au nord une grande terrasse en bois, assortie au bardage de la façade, donne directement sur les bords du Doubs. À proximité, un parking de 200 places avec des aménagements arborés complète l’installation.

Le projet a enthousiasmé la municipalité de Vaujeaucourt sous réserve de la rapidité de sa réalisation. Ne doutons pas que les équipes de SERUE Ingénierie relèveront le challenge du Phoenix et feront feu de tout bois pour tenir leurs engagements.