Restructuration et extension du collège Kennedy à Mulhouse, tout en valorisant le patrimoine existant.

L’actuel collège Kennedy a été constitué en 1873 à partir de bâtiments dépendants des anciennes fabriques Schlumberger & fils, ainsi que du vaste jardin attenant. Ces deux bâtiments bicentenaires ont une belle cohérence architecturale, associant une structure végétale, et constituent le coeur du site et du projet.
Image_002
Ce riche patrimoine pour continuer d’exister, sans renier son caractère, doit s’inscrire dans le futur. C’est le pari audacieux de ce projet architectural. Le futur collège Kennedy rénové, augmentera sa capacité d’accueil passant de 665 élèves à 750 élèves.

Rénover, restructurer sans dénaturer l’existant.
Les façades feront l’objet d’un soin tout particulier, l’esthétique fin 19ème, début 20ème sera restituée, associée à des technologies modernes comme le double vitrage. Après sa remise en état, la toiture sera préservée.
L’intérieur des bâtiments fera l’objet d’une restructuration sur plus de 4000 m2 pour l’adapter au cahier des charges, et mise aux normes pour apporter confort et sécurité à ses futurs occupants du 21ème siècle.Image_005

Une extension résolument futuriste.Image_022
Le bâtiment de l’administration et du CDI, plus récent, à l’entrée, sera détruit et remplacé par une nouvelle construction de 1800 m2. Elle comptera en plus le pôle scientifique et la salle des professeurs. S’ajoute le réaménagement de 6000 m2 à l’extérieur avec la construction d’un nouveau préau.

L’extension se veut résolument contemporaine. Constituée de matériaux sobres contemporains et traditionnels. Elle est accolée au pignon sud du bâtiment B, dont il adoptera les 3 niveaux pour une circulation fluide. La structure sera majoritairement en béton, recouvert sur sa façade de petites plaques de zinc cuivré. Façade qui prend de l’épaisseur et de l’expressivité avec des lames verticales en métal et fait écho à la structure très rectilignes des anciens bâtiments.

Image_004Optimiser les espaces construits pour agrandir le square mitoyen.
L’objectif est double, préserver les grands arbres qui participent à la beauté du site et agrandir le square. Le CDI avec ses grandes baies vitrées donne sur cet espace végétalisé et poétique qui incite à « l’inspiration ».
Aussi cette compacité est fondamentale et explique les choix de simplicité de développement fonctionnel des plans de niveaux avec une compacité optimale. Ainsi, le bâtiment est accolé à la limite de l’espace constructible, permettant d’éviter d’ajouter une clôture et un espace perdu.

Sécurité, confort et optimisation des coûts d’entretien.
L’accent a été mis sur la circulation des élèves et des personnels au sein de l’établissement. Chaque niveau étant desservi par des escaliers protégés et un ascenseur PMR dans l’extension.

Les concepteurs ont été très attentifs aux ambiances de confort, acoustiques, hygrothermiques et de la qualité de l’air. Pour la ventilation, un système de double flux est prévu pour les locaux à forte occupation et simple pour les autres.

Le dimensionnement du chauffage sera assuré par des panneaux rayonnants plafonniers ou des radiateurs selon la localisation. Les sanitaires feront l’objet d’une refonte totale, plus faciles à entretenir et à surveiller, un espace sécurisé, propre et sain pour les élèves.

Pas d’école, sans cour de récréation digne de ce nom.
Image_003Une grande cour de récréation en enrobé se déploie depuis le nouveau bâtiment, son préau, jusqu’au bâtiment de salle de sport. Un massif végétal vient masquer les clôtures.
Au pied du pignon du bâtiment E, un espace plus « paisible » avec un revêtement infiltrant en forme de mosaïque sera aménagé, avec des tables hautes et des banquettes à larges assises à l’ombre des grands arbres. D’autres zones de revêtements infiltrants sont prévues, pour casser l’uniformité et structurer les espaces. Un lieu de détente agréable, confortable et sécurisé que les élèves pourront s’approprier selon leurs envies.

C’est le projet du cabinet d’architecte FORMATS URBAINS Architectes Associés qui a été retenu, SERUE Ingénierie assurera une mission complète de maîtrise d’oeuvre. Les études devraient courir jusqu’en mai 2020, avec le lancement du chantier en septembre.
L’objectif est d’arriver à revenir dans l’établissement en janvier 2023 après deux ans et demi de travaux. Un beau challenge pour les équipes de SERUE Ingénierie qui donnerait presque envie de retourner sur les bancs de l’école.

Illustrations : FORMATS URBAINS Architectes Associés