SERUE Ingénierie « s’auto partage » et rejoint le réseau CITIZ

Un groupe de travail a été mis en place en interne pour réfléchir sur les actions à entreprendre pour répondre à la fois, aux besoins des salariés dans le cadre de leurs déplacements professionnels, et être en phase avec les valeurs de l’entreprise. En accord avec la direction, SERUE Ingénierie a décidé de rejoindre le réseau d’autopartage CITIZ.

 « L’idée n’est pas de bannir la voiture, mais de l’optimiser ».
Au nord de Strasbourg, dans la zone d’activités Espace Européen de l’Entreprise où est implanté depuis une dizaine d’années le siège de la SERUE Ingénierie, c’est près de 8.000 salariés qui y travaillent.
Aux heures de pointe, rentrer ou sortir de la zone avec sa voiture chaque jour relève presque de l’exploit : ralentissements, bouchons, temps perdu, énervement, pollution… sont le lot quotidien des automobilistes.

Un salarié,  une voiture immobilisée toute la journée : une aberration économique et environnementale !
Le phénomène est arrivé à un point que même les parkings des entreprises de la zone saturent : entre les salariés, les emplacements réservés aux visiteurs, clients et fournisseurs… il n’y a quasiment plus de places disponibles. Certaines entreprises quittent la zone E3 entre autre pour cette raison.

Développer la « polymobilité » auprès de nos collaborateurs.
Dans le cadre de la démarche de l’obtention du label ALSACE EXCELLENCE, ce groupe de travail porteur de ce projet plaide pour promouvoir la « polymobilité » au sein de l’entreprise, au moins dans le cadre des déplacements professionnels, à la fois pour des raisons pratiques, économiques, mais aussi environnementales : concrètement privilégier d’autres modes de déplacement que la voiture « individualiste ».

Cette démarche volontariste a recueilli un large consensus au sein de SERUE Ingénierie et a fait l’objet d’une charte ECO GESTES « déplacements ». Pour se rendre à son travail, autant privilégier la marche, le vélo et bien sûr les transports en commun ou une combinaison de plusieurs modes de déplacement d’ou le terme de « polymobilité ». Et quitte à prendre une voiture, opter pour le covoiturage, ainsi l’impact environnemental est divisé par le nombre de passagers.

Le réseau CITIZ : c’est joindre l’utile à l’agréable.
L’agréable, c’est de disposer à tout moment d’un véhicule pour ses déplacements professionnels en rapport avec ses besoins : petite citadine au minibus et ceci sans investissement, ni frais d’entretien ou même de carburant et sans limitation de distance ou de temps. CITIZ s’occupe de tout. Cela demande juste un peu d’organisation et d’anticipation. Pour l’entreprise, c’est mettre à disposition de ses salariés un moyen de transport souple et qualitatif.

L’utile, c’est aussi d’avoir un comportement responsable vis-à-vis de l’environnement. Si sept conducteurs différents utilisent le même véhicule dans la même semaine, c’est 6 véhicules qui ne polluent pas, qui ne prennent pas de place, qui n’existent tout simplement pas sur nos routes. Et c’est 7 automobilistes Eco responsables.

Pour SERUE Ingénierie, le réseau d’autopartage CITIZ est une des solutions à l’éco mobilité.

Démarche BIM oblige, SERUE Ingénierie voit en 3D l’extension de la Mosquée de Strasbourg Hautepierre.

Faisant suite à la réalisation de la Mosquée de Hautepierre, actuellement en cours d’édification, SERUE Ingénierie se voit confier la prolongation du projet avec les études pour la réalisation de la tranche 3.

Un projet architectural ambitieux.
En collaboration avec MGD Architecture, le projet est ambitieux puisqu’il prévoit d’accueillir aux côtés de la mosquée : des bureaux, un parking souterrain, un restaurant et un hôtel sur 6 niveaux.

La tranche 3 se développe sur une emprise au sol réduite et totalise une surface de 3 300 m², décomposée comme suit :

  • des bureaux pour une surface de 900 m² sur 3 niveaux,
  • un sous-sol de parking sur 700 m²,
  • un restaurant de 200 m²,
  • un hôtel d’une surface de 1500 m² sur 6 niveaux.

Cette construction contigüe à l’existante et située en limite parcellaire, nécessitera des études particulières pour les fondations et l’infrastructure du bâtiment.

Dans le cadre de notre démarche BIM, la partie dessin sera développée en 3D.
La conception s’inscrit également dans une démarche de développement durable, par le respect des dernières normes environnementales en vigueur, RT2012, qualité des matériaux employés pour l’isolation, l’acoustique, le chauffage et la maintenance des équipements. Les eaux pluviales, quant à elles, seront intégralement infiltrées sur la parcelle.

Pour le maître d’ouvrage, ces équipements sont complémentaires à la présence de l’hôpital de Hautepierre, ils offrent une diversification des activités commerciales dans le quartier et ils participent à son développement.

DNA_Dom

Cap vers le XXIème siècle pour la vénérable bibliothèque des Dominicains à Colmar (68)

En partenariat avec le cabinet d’architectes Manciulescu et le Cabinet Ameller & Dubois, SERUE INGENIERIE qui assurera une maîtrise d’œuvre complète, vient de se voir attribuer la rénovation et la restructuration de la vénérable bibliothèque des Dominicains à Colmar (68).

Ce lieu magnifique, chargé d’histoire mais méconnu, abrite plus de 420 000 documents, dont 1 200 manuscrits et 2 300 incunables, est le plus grand fonds après la Bibliothèque nationale de France à Paris, se devait d’avoir un écrin à la hauteur du contenu.

Le projet vise à mettre en valeur ces collections de grande valeur autant que le patrimoine architectural qui les abrite.

Cela comprend la rénovation et la restructuration du bâtiment qui date du XVe siècle, réhabilité au XVIIe siècle et revenir aux dispositions anciennes.

 La nouvelle bibliothèque va se doter de trois outils:

  • une partie exposition au rez-de-chaussée où le public pourra appréhender toute la richesse de la bibliothèque et l’histoire à travers des documents de toutes natures et d’horizons divers,
  • une partie réservée aux chercheurs au 1er étage, qui pourront consulter sur place de très nombreux ouvrages anciens,
  • la création d’un bâtiment annexe pour stocker, dans de bonnes conditions, les dizaines de milliers d’ouvrages. Annexe qui sera reliée au bâtiment principal par deux galeries : l’une aérienne et l’autre en sous-sol.

Le public pourra déambuler dans le cloître qui deviendra un jardin médiéval avec des essences anciennes, un lieu propice à l’étude et à la méditation.

Source : DNA 30 juin 2016 / Valérie Freund
Illustration : cabinet d’architectes Ameller & Dubois