le-tramway-balois-transfrontalier-des-1900-vers-saint-louis-devrait-revenir-vers-la-cite-ludovicie

Avec TERTIO, l’extension de la ligne 3 du tramway Bâle – Saint Louis est sur les rails

Extension de la ligne 3 du tramway de Bâle jusqu’à la Gare de Saint Louis

Un groupement de maîtrise d’œuvre pluridisciplinaire et binational, franco-suisse, baptisé TERTIO a été constitué pour l’occasion, pour appréhender pleinement et synthétiser les 2 cultures techniques du tramway de part et d’autre de la frontière.

Le projet d’extension de la ligne 3 du tramway de Bâle (Suisse) consiste en la création de 3 km de nouvelle ligne entre la station « Douane », placée sur la frontière et le futur terminus « Gare » à Saint Louis (France). Trois autres stations sont réalisées.

La ligne du tramway  déroule ses caractéristiques d’insertion de base : les voies, la plate-forme, les caténaires… ; mais au-delà de cette typologie spécifique, le raccordement à l’existant se fait de manière diversifiée et contextuelle, par un traitement paysager et des choix de matériaux et de revêtements, pour mettre en valeur les aménagements existants et renforcer le caractère structurant et urbain de la ligne là où cela est nécessaire.

L’objectif est d’aboutir à un projet harmonieux : tout à la fois parfaitement efficace du point de vue urbanistique, avec des aménagements soigneusement adaptés à chaque contexte urbain particulier, et dont le traitement paysager soit révélateur de l’identité et du caractère singulier des sites existants.

Photos-Mars_0011

L’usine MARS de Haguenau marche à toute vapeur !

Raccordement de l’usine « MARS » de Haguenau (67) à un réseau de chauffage urbain

Dans un contexte de raréfaction des ressources fossiles, d’augmentation des prix de l’énergie et dans un souci de réduction des émissions de gaz à effet de serre, la société MARS CHOCOLAT France a missionné le groupement ENERSICO pour la mise en œuvre d’un réseau de chaleur, permettant l’interconnexion de l’usine MARS au CVE (Centre de Valorisation Energétique) de Schweighouse sur Moder (67).

Cet ensemble se substitue à la production de chaleur sous forme de vapeur, assurée à ce jour par des chaudières GAZ. La mise en service du réseau de chaleur évite le rejet annuel de près de 8 000 tonnes de CO2.
La récupération de la vapeur produite par le CVE permet une réduction significative de la consommation en énergies fossiles du site en valorisant les ressources locales, mais aussi renforce l’indépendance énergétique de l’usine.

Le nouveau réseau est un réseau vapeur surchauffée. Il est alimenté à partir de la sortie chaudière du CVE à 31 bar et 330°C.