La ville de Colmar séduite par le concept de « l’Arbre qui cachait le parking ».

Panneaux A0Décidément, même les parkings ne sont plus ce qu’ils étaient. Il est vrai que le projet du cabinet AEA Architectes, associé à SERUE Ingénierie bureau d’étude technique en charge entre-autre de la partie structure, est des plus « dépaysant ».

Il faut dire que le challenge était relevé.
Comment conciPanneaux A3 2lier l’inconciliable et faire du lien entre le cœur touristique de la vieille ville de Colmar d’un côté, le parc de la Montagne Verte au centre, le Pôle Média Culture Edmond Gerrer et le grand gymnase de l’autre, créer une vaste esplanade arborée lieu d’animations et de rencontres festives au centre-ville, et au milieu de cet espace urbain déjà extrêmement dense, « loger discrètement » un parking de plus de 700 places sur 3 étages.

Ne pas toucher à l’existant mais le magnifier, valoriser le patrimoine (15 mètres de l’ancienne muraille) : en deux mots apporter de la valeur ajoutée à la ville, du bien-être à ses habitants, dynamiser le centre-ville commercial, du confort aux visiteurs sans que la voiture soit omniprésente : excusez du peu !

Il fallait y penser !

La solution est inversement proportionnelle au cahier des charges : « tout simplement »  enterrer le parking de 3 étages et aménager le parc, un square et la grande esplanade arborée juste au-dessus.
Panneaux A4HDessous, un vaste parking beau et confortable, facile d’accès à tous types de véhicules jusqu’à 3,5 tonnes. Un parking avec un minimum de piliers, le rêve de tous les automobilistes. L’ensemble du projet, la réalisation du parking et ses espaces paysagers se montent à 21 millions d’euros.

C’est là qu’intervient tout le savoir-faire et l’expérience de SERUE Ingénierie.
Le bureau d’étude strasbourgeois s’est spécialisé dans les projets complexes et contraignants et le nouveau parking de Colmar n’échappe à la règle.

Comme beauPanneaux A5Bcoup de villes en dans la plaine d’Alsace, Colmar est construite en zone inondable sur un ancien marécage. Le pittoresque quartier de la Petite Venise à proximité, un enchevêtrement d’anciens canaux, est là pour en témoigner.

La moindre construction a les pieds dans l’eau, le parking de 3 étages sera quasiment entièrement dans la nappe phréatique, ce qui nécessitera une enceinte totalement étanche avec des parois préalablement « moulées » (cuvelage) et des pompages importants. Sans parler de tout le travail préparatoire en amont pour renforcer le sous-sol très meuble, qui devra supporter une masse et un poids considérable.

Version 2L’autre complexité, c’est le maximum imposé de piliers : 16 mètres minimum entre les piliers porteurs, ce qui devrait éviter les tôles froissées, mais complexifie la conception de la structure.

Au chapitre des contraintes, nous avons la gestion de toutes les nuisances inhérentes à un chantier en milieu urbain : le va-et-vient des camions de terrassement, des engins de chantier, du bruit… dans un espace relativement restreint et encombré (17.000 m2) et dans un délai relativement court, puisque l’ouverture au public est prévue pour fin 2019.

En définitive, si « l’Arbre cache bien le parking », la réalisation de ce projet est « le parking qui cache une forêt de compétences et de savoir-faire » de SERUE Ingénierie.

Panneaux A2